Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 14:11

Ce rappel pourrait paraitre superflu. Malheureusement tous les jours il se produit des épisodes qui auraient pu ne jamais survenir si les protagonistes concernés avaient réfléchi davantage en amont.

Exemples du quotidien

Un chien traditionnellement hargneux avec ses congénères qui est lâché dans le parc de la ville un dimanche après-midi alors que plusieurs spécimens s’y trouvent aussi avec leurs propriétaires et leurs familles. Un autre maintenu en laisse alors que ses vis-à-vis sont tous lâchés et se précipitent vers lui. Le troisième qui se retrouve hélitreuillé dans les bras quand un de ses semblables cherche simplement à faire connaissance par le flairage.

Il est parfois étonnant de constater que certains évènements ne donnent pas lieu à des réflexions ni à des changements d’attitudes, de la part des humains comme des individus canins.

Penser aux autres chiens

Que l’on ait soit même un animal sociable n’implique pas que tous ceux que l’on va croiser le soient aussi. Et inversement. Pourtant les phrases comme « ne vous inquiétez pas, il est gentil ! » ou « ne laissez pas le vôtre approcher du mien, il ne les aime pas ! » criées de loin se font entendre … sans succès la plupart du temps.

De même, alors que des cours d’éducation canine existent pour élever les niveaux de sociabilité des chiens et réduire les risques d’altercations, peu de propriétaires (au regard de la totalité des chiens en France) se donnent la peine de les y conduire. Pourtant si un maximum d’individus suivait quelques leçons basiques de bonne conduite, les risques seraient réduits à leur strict minimum.

Penser aux humains

Les passants aussi sont parfois victimes des maladresses volontaires ou involontaires des autres promeneurs, moins soucieux qu’eux du respect et de l’intégrité physique de chacun. Ainsi un propriétaire de grand modèle théoriquement pacifique et tenu en laisse comme il se doit, se voit frôlé par un autre binôme canin alors que tout l’espace aurait permis un changement de trottoir et réduit à néant les problèmes liés à l’exiguïté des lieux. Ou une personne qui a peur des chiens et fait tout pour les éviter, qui se voit forcée de se laisser sentir, sous prétexte qu’il est inoffensif. Certes, il l’est sans doute, mais la crainte aussi, et elle se doit d’être respectée.

L’esprit civique revient à la mode, l’intérêt bienveillant pour autrui aussi. Il y a donc lieu d’être optimiste, les comportements peuvent changer.

Laurence Bruder Sergent

www.vox-animae.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurence Bruder Sergent (Vox Animae)
commenter cet article

commentaires