Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

2 novembre 2015 1 02 /11 /novembre /2015 10:06

Virginie me demande comment faire pour que sa chienne, adoptée dans un refuge, arrête de détruire les jouets qu’elle lui achète.

Partant du principe que les attitudes des chiens sont rarement dues au hasard, il est possible de se livrer à plusieurs hypothèses pour expliquer ces déchiquetages.

Plusieurs pistes de réflexion

Tout d’abord peut-être que Danaé s’ennuie. Elle cherche alors dans son environnement un moyen de substituer sa frustration avec quelque activité qui, non seulement occupera ses dents tel le mâchouillage d’un chewing-gum pour certains humains, mais lui permettra aussi de passer le temps.
Ensuite, il est utile de s’intéresser à son profil émotionnel : son stress dû à l’absence de ses propriétaires, auxquels elle est sans doute très attachée, peut l’amener à rediriger ses tensions sur ce qu’elle trouve autour d’elle pour oublier sa détresse.

Egalement, le manque éventuel d’activités physiques dans la journée, à fortiori si c’est un sujet très sportif, lui fait accumuler une frustration qui pourrait aussi s’extérioriser par des destructions.
Il y a encore la possibilité que la chienne n’ait jamais appris à être seule. Dans ce cas, son angoisse est tellement forte et puissante lorsqu’elle n’a personne à ses côtés, qu’elle a besoin pour sa survie psychologique de s’adonner à une occupation.
Si c’est une jeune chienne, elle a peut-être une grande affinité avec les actions de mastication, c’est-à-dire un comportement oral prononcé. Le temps fera son œuvre et diminuera progressivement ses mâchonnements exacerbés aujourd’hui.
Enfin, et cette origine est souvent minorée pour ne pas dire « non-envisagée », le plaisir ressenti à déchiqueter, mâchouiller, écraser, pincer, lécher, l’incite tout simplement à… continuer !

L’attrait de l’inconnu

La propriétaire de Danaé nous explique que dès qu’une nouveauté apparait autour d’elle, la chienne la détruit en un rien de temps. Je conseille alors de… lui en fournir davantage. ! A condition de sélectionner des objets adéquats, qui en étant réduits en miettes, ne mettent pas la vie du chien en danger.

En effet, si sa curiosité et son intérêt pour la nouveauté sont satisfaits, la chienne sera comblée et parviendra à se libérer de ses inquiétudes. Autant choisir ce qu’on lui fournit pour s’apaiser, sous peine qu’elle se serve des affaires de ses maîtres !

Malheureusement pour plusieurs des pistes évoquées plus haut, le fait de lui donner matière à satisfaire ses désirs n’apporte pas de solution pérenne : dès que l’objet de ses attentions s’est transformé en cotillons, la chienne retourne dans ses travers, ses peines et sa frustration.

Comprendre les origines pour apaiser l’animal stressé

Il y a alors lieu de se poser la question du long terme, et prendre les dispositions nécessaires pour apaiser durablement l’animal qui est peut–être stressé.

Par exemple, dans le cas où le chien n’a jamais appris à être seul, il faudra passer par plusieurs étapes d’apprentissage de la solitude.
Si c’est un problème de lien trop exclusif avec ses maitres, un détachement affectif devra être mené pour lui fournir davantage d’autonomie émotionnelle.

Détruit-il pour nous embêter ?

Contrairement à l’idée qui pourrait vous venir en tête que l’animal « fait exprès de nous embêter pour se venger », je propose que l’on cherche à saisir les motivations de l’animal, et ses possibles détresses, frustrations ou simples besoins… de chiens. Car les principaux objectifs dans la vie de nos amis canins sont bien loin d’être orientés pour nous nuire. Ils veulent juste être bien.

Laurence Bruder Sergent, comportementaliste

www.vox-animae.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurence Bruder Sergent (Vox Animae)
commenter cet article

commentaires

Éric 25/11/2015 16:51

Très intéressant votre blogue!

LBS 25/11/2015 17:13

Merci :)