Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 12:15

Vasco a eu la chance de l’avoir à ses côtés de longs moments durant ses vacances qui ont duré plusieurs semaines. Promenades plus longues, décalées par rapport à la météorologie, découvertes de nouveaux paysages, rencontres avec d’autres chiens et parties acharnées de jeux dans la nature faisaient leur quotidien.

Mais la reprise du travail pour elle, et la rentrée scolaire pour les enfants approchent.

Mieux vaut mieux préparer Milou aux changements qui s’annoncent si l’on souhaite anticiper la solitude qu’il connaîtra immanquablement.

Rattrapage de câlins et de bon moments ensemble

Croyant bien faire, et espérant rattraper leur manque de disponibilité le reste de l’année pour leur meilleur ami canin, Mathilde et sa famille ont mené beaucoup plus d’activités avec lui durant leurs temps libres en commun. Ils n’avaient pas envisagé les conséquences de ce grand confort pour lui qui allait lui être retiré en septembre. A présent il faut gérer la transition.

En congés comme le reste de l’année

Consacrer tous ses moments de présence au foyer à s’occuper du chien ne contribue pas à le rendre autonome affectivement. Bien au contraire c’est la dépendance mutuelle qui guette : la moindre séparation devient tragédie et chez les chiens domestiques, cette souffrance se transforme fréquemment en comportements désagréables tels les destructions, malpropretés ou aboiements. Ils se déchargent ainsi de leurs frustrations, car celles-ci sont douloureuses à supporter.

Temps d’adaptations selon les profils du chien

Avec un chien qui savait déjà rester seul avant les vacances, quelques jours suffiront pour retrouver ses habitudes.

A l’inverse s’il souffrait de l’absence de ses propriétaires en commettant par exemple des destructions, il est probable qu’il retombe dans le même travers dès qu’il sera à nouveau livré à lui-même, sa peine de ne plus avoir ses êtres d’attachement à ses côtés revenant à grand galop.

Quelques conseils

Commencez dès à présent à initier un détachement, c’est-à-dire à lui apprendre à ne pas vous suivre partout dans la maison, à ne pas recevoir sans cesse de caresses ou de jeux, à bénéficier de moins d’attention de votre part. Pensez à le laisser seul tous les jours, même quelques fois pour cinq à dix minutes, en augmentant progressivement le temps.

Le choc sera alors moins brutal pour lui s’il est préparé à ne plus être collé à vos talons (et vice versa).

Dernière recommandation, pensez à compenser les inconforts qu’il va vivre en diversifiant ses promenades, ses jouets et ses activités : un peu de nouveauté lui fera du bien, et lui permettra d’évacuer les tensions accumulées du fait du changement de rythme.

Laurence Bruder Sergent

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurence Bruder Sergent (Vox Animae)
commenter cet article

commentaires