Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 14:34
Mon chiot fait des bêtises

Les bêtises commises par les chiots mettent les nerfs de leurs propriétaires à rude épreuve. Penchons-nous à présent sur les motivations canines juvéniles avec notre comportementaliste.

Pascal a fait l’acquisition d’un chiot de race baptisé Pirate. Ce dernier est particulièrement ravageur pour l’intérieur de Pascal, les murs sont grattés, le papier peint arraché à certains endroits, le canapé lacéré, les rouleaux de papiers déchiquetés et répartis dans toute l’habitation par notre corsaire canin. Il est un peu rebelle aussi, a commencé l’adolescence et semble atteint de surdité sélective. Il n’entend pas quand on lui demande de cesser.

.

Désagréable, mais utile

Pour les humains, les comportements qui nous déplaisent sont aisément qualités de bêtises ou de méfaits.
Du point de vue du chiot qui grandit, il en va autrement.
En tant que mammifère en devenir, il expérimente avec ses propres outils, prend des initiatives, fait des essais, ce qui correspond parfaitement à son stade de développement. Il prend en gueule, déchiquette, s’amuse, refuse l’autorité, teste ses propres limites et celles de son entourage.
C’est aussi ainsi que fonctionnent les enfants humains : ils découvrent le monde en entrant en interaction avec lui et en faisant des expériences quotidiennement. Qui ne s’est jamais plaint d’un objet abîmé ou d’une attitude non souhaitées provenant de sa progéniture ?
C’est bien ainsi que les jeunes apprennent la vie, qu’ils mémorisent les usages bienvenus, simplement tolérés ou carrément proscrits.

.

Comment limiter les dégâts

Nous pouvons nous baser sur l’anticipation, le bon sens et la prévention.
En premier lieu il est utile de se souvenir qu’un chiot vous impose de bien ranger votre intérieur. Tous les objets auxquels vous tenez, qu’ils soient fragiles ou précieux, seront mis hors de sa portée. Parallèlement il est souhaitable de proposer des outils de redirection que la petite canaille pourra déchiqueter à loisirs sans qu’il y ait de conséquence pour sa santé ou votre budget. Donnez-lui de quoi mâchouiller s’il aime utiliser ses dents et proposez lui des distractions pour stimuler son intelligence et lui apprendre à patienter tout seul. Rappelez-vous qu’un animal occupé n’adopte pas des comportements indésirables puisque son attention est tournée vers une autre activité, plus gratifiante. N’oubliez pas de lui proposer une relation affective équilibrée, c’est-à-dire en ne le maternant pas de manière excessive mais en l’aidant à devenir autonome et mature. Votre ligne de conduite inflexible aura aussi toute sa place : quand quelque chose n’est pas autorisée, elle ne l’est ni le matin, ni le midi, ni le soir.
Enfin, proposez-lui plusieurs promenades, tous les jours, pour lui permettre de se défouler et de découvrir des stimulations dans son environnement extérieur. Un jardin ne suffit pas !
Dernier conseil : soyez patient, il grandira tôt ou tard, et c’est avec votre bonne gestion relationnelle que ce moment où il sera devenu un adulte au caractère stable, que vous vous réjouirez d’avoir pris les mesures de rigueur aux bons moments. Bon courage, il faut que jeunesse se passe !

.

Laurence Bruder Sergent pour les Dernières Nouvelles d'Alsace

illustration Patrice Seiler

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurence Bruder Sergent (Vox Animae)
commenter cet article

commentaires