Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 11:55

A quel âge adopter un chiot ?

 

L’âge légal de vente des chiots est de 8 semaines, et peut-être vous êtes-vous demandé pourquoi il en est ainsi.

 

Dans notre dernier article, nous invitions nos lecteurs à réfléchir aux valeurs et qualités indispensables pour être un bon propriétaire. Si votre conclusion vous amène à envisager l’acquisition d’un chiot, il est particulièrement important de connaitre quelques points fondamentaux sur son développement, pour ne pas rater une étape importante.

 

Les premières semaines de sa vie sont essentielles

 

Pour devenir un adulte équilibré psychologiquement et comportementalement, le chiot a besoin d’échanges avec ses congénères. Au cours des jeux et des interactions avec sa mère et les autres chiots de la portée, il va apprendre les usages en vigueur chez les chiens, et notamment les attitudes, les postures, les mimiques et les vocalises qui lui permettront de bien se faire comprendre plus tard. C’est la socialisation.

 

Il doit aussi vivre des expériences avec son environnement, connaitre des stimulations auditives, tactiles, visuelles et olfactives, rencontrer des animaux d’autres espèces, des enfants, etc. C’est grâce à chacune des expériences qu’il vit, qu’il se forge un caractère plus ou moins assuré ou craintif. On parle de familiarisation.

 

La perfection de ses sens conditionne ses apprentissageschien_agechiots_light.jpg


Etant donné que son équipement sensoriel n’est pas construit avant au moins 4 semaines de vie, il lui reste bien peu de temps pour mémoriser les bons codes s’il part vivre dans une nouvelle famille dès 8 semaines. En une vingtaine de jours, il devrait être capable d’enrichir son répertoire d’un maximum d’informations : c’est quasiment impossible à réaliser.

C’est pour cela qu’il faut être vigilant sur le choix du lieu de naissance et de croissance des petits : si le milieu est pauvre en stimulations, il est utile de le ramener chez soi dès que la loi l’y autorise, afin de lui faire connaitre les stimulations sensorielles qu’il aura à vivre plus tard dans sa vie avec ses nouveaux maîtres.

Par contre, si les conditions de développement précoce et le niveau d’activités proposées est correct, on n’a pas besoin de se précipiter pour le soustraire à son entourage. Il aura eu le temps de construire des capacités cognitives adaptées, qui le rendront flexible et en mesure de supporter beaucoup de situations futures.

 

Un rattrapage est-il possible ?


Si l’on a choisi d’acquérir un chiot vivant dans un élevage assez peu stimulant, tout n’est pas forcément perdu. Grâce à un travail d’habituation et de familiarisation construit intelligemment, on peut récupérer un certain nombre d’acquis.

Pour autant, il est possible de se prémunir de problèmes conséquents, en choisissant prudemment le lieu d’achat et l’âge de son compagnon, car cela nous engage pour une quinzaine d’années au moins !

 

 

Laurence Bruder Sergent pour les Dernières Nouvelles d'Alsace

 

www.vox-animae.com

 

 

Illustration de Patrice Seiler

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurence Bruder Sergent (Vox Animae)
commenter cet article

commentaires