Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 17:31

La croissance implique un certain nombre d'acquisitions qui mobilisent fortement les individus juvéniles.

 

Les chiots doivent mémoriser un maximum de compétences en très peu de temps, pour devenir des adultes stables, disciplinés et efficaces socialement. Avant même de parler d’obéissance, une des demandes principales des propriétaires, il est attendu que chaque animal soit propre le plus rapidement possible, ne grignote pas tout et n’importe quoi, ne prenne pas trop de place dans l’emploi du temps de ses maîtres, et ne se fasse pas mal remarquer lors des sorties.

 

De la dépendance totale à la quasi autonomie… en 8 semaines !

 

Rappelons qu’à la naissance, les petits sont totalement dépendants de leur mère et des soins de base sans lesquels ils ne survivraient pas. Incapables de se déplacer et de s’alimenter tous seuls, ils sont aussi sourds et aveugles durant les premiers jours. Heureusement leurs sens s’affutent très rapidement pour découvrir leur monde, les autres espèces et les congénères.

Et 2 mois plus tard, ils quittent leurs repères, partent dans leurs foyers définitifs, avec un entourage inhabituel, et encore des habitudes inédites à intégrer. Leurs processus mentaux de traitement des informations fonctionnent à plein régime pour faire face à tous ces bouleversements.

 

Un sommeil de qualité de rigueur

 

Avec tant de progressions à réaliser sur quelques semaines, les temps de repos et de récupération de la fatigue nerveuse, mentale et physique doivent être savamment dosés. Malgré les envies permanentes de cajoler et de stimuler chaque individu le plus souvent possible, il est primordial de veiller à ce qu’il dispose de longues heures de sommeil pour se régénérer, quotidiennement. A défaut sa santé et son développement en seraient défavorablement impactés, et sa progression ralentie. 

 

Question de bon sens

 

Certes il est utile de socialiser, familiariser, habituer, éduquer. Commencer tôt est idéal pour inscrire dans la durée les bonnes attitudes, mais il est aussi vrai que tout ce qui est excessif est inutile, et qu’il ne faut pas confondre enseignement avec harcèlement.

Il suffit d’un peu d’observation des signaux que le chiot émet lorsqu’il est fatigué et de respect de ses postures, pour comprendre que l’on a dépassé ses possibilités d’apprentissage.

Il sera d’autant plus équilibré et sympathique qu’on l’a accompagné sereinement, en prenant le temps nécessaire et proportionnel à sa bonne croissance.

 

 

Laurence Bruder Sergent

 

www.vox-animae.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurence Bruder Sergent (Vox Animae)
commenter cet article

commentaires