Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 15:37

Allongé sur votre pied, agrippé à votre mollet, appuyé contre vos jambes, collé à vous… votre chien vous oblige à lui demander de se pousser avant de pouvoir bouger. Ce comportement signifie-t-il une dépendance affective trop forte ou faut-il y voir une autre motivation ?


Votre chien est venu vous barrer la route de toute la largeur de son corps alors que vous alliez vous déplacer. N’étant pas insensible à cette approche apparemment amicale, vous vous laissez séduire et lui accordez généreusement quelques caresses.  Cependant, pour lui ce n’est pas assez, il insiste, il en veut plus. Pour avancer, il vous faut encore vous acquitter de quelques câlineries, et enfin il accepte de vous libérer le passage.


Le contact tactile n’est pas qu’affection

Les chiens apprécient pour la majorité d’entre eux qu’on les cajole. Mais peut-être avez-vous remarqué la tendance du vôtre à le demander quand bon lui semble, alors qu’à l’inverse, il ne vient pas toujours à votre appel quand c’est vous qui proposez de le câliner.

Pour nous humains, les flatteries envers les animaux leur montrent notre affection. Elles nous procurent en même temps un sentiment chaleureux, apaisant et agréable au toucher et un plaisir partagé avec notre meilleur ami.

Pour le chien, il existe au moins une autre raison à proposer un contact ou une posture à son propriétaire, comme à ses congénères : tenter de gérer leurs déplacements. Dans les échanges entre canidés, on observe souvent la position du premier qui empêche le second de se déplacer librement, en se plaçant à sa perpendiculaire ou en le bloquant avec son postérieur.

Cela peut se voir avec l’humain aussi.


Gestion de l’espace et des déplacements

Lorsque votre chien est venu se plaquer contre vous de sorte que vous ne pouvez plus avancer, il attend que vous répondiez à sa demande… en obéissant. Rester plus longtemps dans le même espace, vous occuper de lui ou encore le prendre avec vous en promenade… Bien qu’il n’ait pas utilisé de manifestation sonore, vous comprenez ses intentions : il espère quelque chose de vous.

Accroché à vos mollets, ce n’est pas une parade sexuelle qu’il exécute, pas plus qu’il ne trouve un confort particulier à s’étaler sur vos chaussons. Ce sont des manières de modifier votre comportement, de vous indiquer que vous ne pouvez bouger sans son consentement, ou encore qu’il souhaite être l’objet exclusif de votre attention.

 

Quand cela devient problématique

Ce comportement peut devenir vraiment dérangeant quand il l’exerce sur vos invités ou les personnes que vous rencontrez au hasard de vos sorties communes : de garant des mouvements à l’intérieur de la maison, il prend alors un rôle de meneur à l’extérieur, avec les prérogatives inhérentes.

 

Comment gérer

Il est possible de gérer cette attitude quand elle devient oppressante pour vous. Apprenez à votre chien à se déplacer à votre demande amicale, et faites-lui comprendre, sans cri ni violence, que vous n’acceptez pas qu’il vous barre le passage.

Parfois, il arrive que le chien se rebiffe, grogne et montre les dents quand on ne va pas dans son sens, il est alors temps de faire appel à un comportementaliste.

 

Laurence Bruder Sergent

 

www.vox-animae.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurence Bruder Sergent (Vox Animae)
commenter cet article

commentaires