Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 14:55

Le chien attaché et risques associés

Afin d’illustrer les articles précédents sur les agressivités canines par un exemple de notre quotidien, nous évoquons aujourd’hui le cas du chien attaché, que l’on espère approcher sans problème.

Lorsque l’on est dans une situation qui nous inquiète, nous avons quatre manières de réagir en tant qu’êtres vivants. La première serait de communiquer, en demandant aux sujets qui nous stressent de se retirer, de reculer ou s’en aller. Nous pouvons aussi, comme certains reptiles, nous figer, rester immobiles en attendant que le mauvais moment passe tout seul. Nous pouvons encore pratiquer l’évitement, c’est-à-dire prendre la fuite. Enfin, dernier moyen de se soustraire à une tension qui malmène nos émotions, nous pouvons devenir agressifs (alternative préférée de certains individus très peureux).

Pour le chien

Si l’on revient au chien, sujet principal avec son maître de notre rubrique, il y a lieu de se poser la question suivante : que vit l’animal qui est contraint dans ses déplacements par une laisse ou une chaîne, lorsque l’on s’approche de lui ? Même si notre volonté est parfaitement amicale vis-à-vis de lui, comment peut-il le savoir ? Il se sait empêché de fuir par ce lien et il ne peut se libérer. Peut-être va-t-il essayer de signaler qu’il est mal à l’aise, par exemple en plaquant ses oreilles sur la tête ou en baissant le regard, mais qui va s’en apercevoir et en tenir compte ?

Etre capable de comprendre ses signaux

Il faut connaitre les signaux de stress des chiens pour pouvoir ajuster son comportement. S’il se met à aboyer, cela fera probablement stopper une personne adulte qui mesure le danger. Mais un enfant ne perçoit pas toujours les choses comme les adultes et peut insister dans son approche. La fuite, l’immobilisation, la communication sont donc inefficaces : le chien s’en rend bien compte, il est acculé.

Risque réel d’agressivité

Un peu comme les humains à qui on accorde la « légitime défense », c’est-à-dire le droit d’utiliser la force s’il le faut pour se dégager d’une situation violente, l’utilisation de ce concept pour le chien serait alors de mordre pour faire fuir ce qu’il considère comme un danger, puisqu’aucune autre stratégie n’a été efficace. Malheureusement, même en sachant cela, on remarque encore tous les jours des personnes qui s’approchent d’un chien attaché, pour le caresser. Et qui se font mordre.

Pensez à informer vos enfants et petits-enfants sur le risque qu’ils courent à s’approcher d’un chien à l’attache, et ne le faites pas vous-même. Mieux vaut faire un détour pour éviter de croiser un chien tenu en laisse ou attaché dans la rue.

 

Laurence Bruder Sergent

www.vox-animae.com

Partager cet article

Repost 0
Published by LBS
commenter cet article

commentaires