Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 15:51

Le développement comportemental des chiots

 

Saviez-vous que le comportement futur de votre chien commence à se dessiner dès la gestation de sa mère ?

 

 

La période prénatale

 

Dans le ventre de leur mère, les fœtus ne sont pas isolés totalement de leur environnement et possèdent déjà plusieurs compétences : les premiers réflexes apparaissent, et lorsque l’on caresse le ventre de la chienne, ils réagissent. Cela a été mesuré par échographie. De plus, chaque foetus est capable de percevoir les émotions de la mère en réaction aux stimulations extérieures, notamment le stress qu’elle ressent.

On perçoit donc l’absolue nécessité que la chienne gestante vive dans des conditions maximales de sérénité et de calme durant toute la gestation : les perturbations vécues durant ces premières semaines de vie peuvent prédisposer les chiens à une réactivité exacerbée dans le futur.

 

La période néo-natale (de la naissance à deux semaines)

 

Chez le chien, comme chez tous les mammifères, le chiot est immature, c’est-à-dire, complétement dépendant de la protection maternelle. Il naît en effet sourd et aveugle, ne peut survivre sans aide, mais le goût et l’odorat se développent très rapidement.

Le nouveau-né passe la majorité de son temps à dormir, environ 90% de sa journée, les 10 % restant étant occupés par la tétée et les éliminations ingérées par la mère. En effet, elle toilette ses chiots en les positionnant sur le dos et déclenche le vidage des intestins et de la vessie en léchant la région génito-anale.

Plus tard dans la vie du chiot, ce rituel se transforme et on le verra présenter son ventre dans la même position, lorsqu’il veut apaiser un congénère dans une situation tendue, exprimer une émotion forte, demander l’apaisement ou proposer la soumission.

 

La période de transition (de deux à trois semaines)

 

Elle commence avec l’ouverture des yeux et se termine avec l’apparition de l’audition matérialisée par le réflexe de sursautement. Cela signifie que lorsque l’on fait entendre un son imprévu, le chiot sursaute, car il l’entend.

Parallèlement, les aptitudes motrices progressent et permettent au chiot de se déplacer autrement qu’en rampant : il est capable de se tenir debout à la fin de cette période. Bien sûr, des différences individuelles peuvent survenir, certains sujets étant plus précoces que d’autres !

La mise en place de la vision permettra au chiot de découvrir son milieu à distance, d’anticiper et d’accéder à de nouveaux modes de communication.

Le système auditif se perfectionne aussi : ses vocalises vont se structurer et les grognements et aboiements feront leur apparition.

Les phases d’éveil s’allongent et ne sont plus consacrées uniquement à la tétée et aux soins de base, mais aussi à la découverte du monde, de sa mère et de ses congénères.

C’est grâce aux jeux avec la fratrie que le chiot expérimente ses premiers comportements adultes : ce sont les débuts des luttes entre chiots, des prises en gueules et des contacts avec des objets.

Il est donc indispensable de laisser les chiots et la mère ensemble, car leurs interactions sont fondamentales pour initier les futures compétences du chiot : il apprend, il grandit, il expérimente !

 

 

L’attachement envers sa mère et ses proches se met aussi en place durant cette période.

Rappelons qu’à la naissance, la mère s’attache immédiatement à ses petits, mais que la réciproque n’est pas vraie. Et pour cause, leurs capacités sensorielles et motrices n’étant pas en place, les petits n’ont pas les possibilités de développer l’attachement envers autrui. Il leur faut pour cela, disposer de leurs pleines capacités biologiques.

 

La période de socialisation (de trois à douze semaines ou plus, selon les auteurs)

 

C’est la période la plus sensible et la plus complexe du développement comportemental du chiot.

La socialisation du chiot correspond, au sens strict, à l’apprentissage des modalités de relations entre les membres d’un groupe. Il va apprendre à bien se comporter avec ses congénères, à communiquer avec les codes spécifiques de son espèce, à combattre et se soumettre, à se méfier de certains individus et de situations précises, à s’approcher prudemment ou à fuir, et ainsi de suite.

Bien entendu, elle n’intervient qu’après un développement sensori-moteur et nerveux efficace : comment pourrait-il découvrir le monde s’il n’était pas en pleine possession de ses moyens...

Le chiot passe encore plus de la moitié de son temps à dormir, et le reste à explorer son environnement.

 

La plupart des apprentissages et des acquisitions fondamentales se font à ce moment-là, et il est indispensable de procéder avec prudence lorsque l’on veut stimuler un chiot et lui faire vivre des expériences.

 

 

! à noter ! Si la mère repousse progressivement ses petits, c’est qu’elle sait que cette étape est nécessaire pour leur développement. Il faut la laisser faire et ne surtout pas séparer la fratrie de la mère : ce n’est que pour initier leur autonomie alimentaire qu’elle les repousse. Ce n’est pas pour les agresser ou parce qu’elle ne les supporte plus !

 

Le sevrage alimentaire (les dents des chiots font mal à la mère quand ils tètent, alors elle les éloigne peu à peu de ses mamelles) n’est pas à confondre avec le sevrage affectif, qui n’a lieu que plus tard, à la fin de la pré-puberté, entre quatre et six mois. Le chiot étant déjà dans sa nouvelle famille à ce moment-là, ce sont normalement les propriétaires qui doivent favoriser la prise d’indépendance affective de l’animal.

 

A la découverte du monde

 

Les chiots sont désormais éveillés plus longtemps. Leurs activités se diversifient. Ils sont actifs, voient, entendent, bondissement et se déplacent toujours plus facilement. Le jeu permet au chiot de développer agilité et coordination motrice. Il agit par mimétisme en reproduisant les comportements observés chez l’adulte et les réactions qu’il a lui-même provoqué chez les autres chiots. C’est le début de l’apprentissage social qui demande au chiot de respecter les codes de fonctionnement propres à son espèce. Au cours de cette période, il va en particulier acquérir la capacité à doser la force de sa mâchoire pour ne pas faire mal (on parle d’« inhibition de la morsure ») et à adopter les postures de soumission dont le but est de diminuer les tensions agressives entre chiens.

 

Le rôle de l’éleveur durant la période de socialisation

 

A cet âge, le travail de l’éleveur reste primordial. Selon la clientèle à qui sont destinés ses chiots, il doit leur fournir des stimulations qui leur permettront de s’adapter à leurs environnements de demain. C’est la « familiarisation ». Prenons l’exemple d’un futur chien de ville : le rôle du naisseur sera de préparer le chiot aux bruits de tous les jours (circulation en extérieur, enfants, aspirateur, machine à laver à l’intérieur…), l’amener à monter dans une voiture, faire ses besoins sur d’autres surfaces que l’herbe, rencontrer d’autres couleurs, races et tailles de chiens, mais aussi d’autres espèces (hommes, femmes et enfants, chats…). Un professionnel précautionneux respectera le caractère de chaque chiot : la douceur et la patience sont de mise ! Car autant la sous-stimulation que la sur-stimulation peuvent laisser des traces en mémoire, notamment de craintes voire de phobies, parfois indélébiles.

 

A la lecture de toutes ces étapes que le chiot va vivre en seulement quelques semaines, on prend conscience de la nécessité pour le futur propriétaire de s’assurer que l’éleveur ait pris en compte ces différentes notions : une mère préparée dans le calme, un environnement propice aux acquisitions et aux compétences canines, une socialisation optimale (en laissant les chiens adultes instaurer les apprentissages basiques aux petits), la familiarisation à l’environnement futur (en proposant des situations variées), dans le respect de la sensibilité, du caractère, et des émotions de chaque chiot. 

 

 

 

Co-rédaction :

Thierry Bourgeois www.zenpat.fr

Laurence Bruder Sergent www.vox-animae.com

 

Partager cet article

Repost 0
Published by LBS
commenter cet article

commentaires

Maeva 22/10/2012 21:52

Très intéressant merci !