Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 14:20

Les relations entre les Enfants et les Chiens

 

Les images d’une famille heureuse et épanouie montrent généralement un ou deux bambins jouant au ballon sur une pelouse verdoyante, avec soleil, fleurs colorées, et un beau chien calme à leurs côtés.

Certes, des milliers de familles vivent ce type de situations. Mais il en est d’autres, qui rencontrent des difficultés parce qu’elles ont du mal à gérer la présence d’un chien et de leur enfant.

 

Il arrive fréquemment, et fort logiquement, qu’un couple sans progéniture surinvestisse émotionnellement son chien, lui consacrant tout son temps libre, l’emmenant en vacances, veillant à son bien-être, l’alimentant du mieux possible et lui faisant faire tout l’exercice qui lui convient (voire plus que ce qui est nécessaire).

Un jour, l’envie d’avoir un enfant se fait sentir et se concrétise.

Les futurs parents sont à présent tournés vers un nouveau projet, leurs préoccupations évoluent, ils ont déjà moins de temps et d’attentions pour le chien.

Ils s’inquiètent désormais de notions telles que l’hygiène de bébé avec la présence d’un animal, les possibles accidents domestiques qui y sont liés, le lieu de couchage du nourrisson qui viendra peut-être envahir l’espace occupé par le chien, et se soucient de la question (légitime !) de concurrence possible entre eux deux.

 

Du côté du chien

Le chien, lui, s’accommode plus ou moins facilement des changements qui s’opèrent. Les promenades sont espacées ou raccourcies, les maîtres passent plus de temps à imaginer l’arrivée du nouveau membre dans la famille, et donc, ne se consacrent plus autant à lui qu’avant.

Son exubérance est parfois réprimée (on a autre chose à faire que de s’occuper de lui !), et même, il agace lorsqu’il demande les mêmes droits qu’avant (caresses, jeux, gourmandises…) ! Il peut être sacrément perturbé !

 

 

La venue de l’enfant

L’arrivée de bébé ne fera que confirmer ce changement qui s’est opéré dans la relation des maîtres vis-à-vis du chien. Il est donc souhaitable que les futurs parents aient préparé progressivement l’animal à moins d’interactions, pour instaurer cette nouvelle habitude : recevoir moins d’attention.

 

 

Bébé arrive, comment gérer avec le chien ?

Le grand jour arrive, le couple se prépare à accueillir le nouveau-né ou à chercher l’enfant adopté.

Cette absence parfois longue de ses êtres d’attachement, souvent précédée d’un départ précipité, représente à nouveau un bouleversement du contexte de vie habituel du chien (comme de ses maîtres d’ailleurs).

Pour lui permettre de faire face à ce nouveau stress le mieux possible, il sera nécessaire de garder toutes les autres habitudes de votre meilleur ami durant cette période de transition, en termes de promenades, d’horaires de nourriture et de lieux de repos.

 

 

Retour à la maison avec bébé

Au moment de rentrer à la maison avec le nourrisson, il est souhaitable de permettre la rencontre tout en restant parfaitement vigilant. Evidemment on ne laissera pas le bébé seul par terre à la disposition du chien !

Un adulte pourra tenir l’enfant dans les bras et laisser l’animal s’approcher pour le sentir. Si le chien est d’un naturel calme, on peut le laisser venir tout en étant attentif à un éventuel débordement ! Par contre, s’il est jeune, ingérable et/ou surexcité, il faudra qu’il soit tenu en laisse et gardé son contrôle par un adulte pour parer à tout comportement intempestif.

Un petit coup de langue sur la peau de bébé ne serait pas catastrophique, en revanche un coup de dent ou de griffe pourrait laisser une marque et faire peur à tout le monde.

Gardons à l’esprit que plus on empêche le chien de venir identifier par flairage ou léchage le nouveau venu, plus on attise sa curiosité et sa motivation à venir au contact. Autant anticiper et lui permettre de découvrir en douceur.

 

Les premiers jours à la maison

Le nourrisson a besoin de soins et d’attention permanents. Il produit des sons qui peuvent agresser les tympans canins. Les humains s’en accommodent, les animaux peuvent en souffrir.

La responsabilité des propriétaires est de protéger le chien, celle des parents est de veiller sur leur enfant. Il sera donc peut-être nécessaire d’isoler le chien aux moments stressants pour lui, quand le bébé pleure par exemple, ou quand la famille vient s’extasier devant le nouveau venu, et apporte des cadeaux à déballer. Toute cette excitation n’est pas facile à modérer, et si le chien se met aussi à bondir, ce sera difficile pour tout le monde.

Quand l’animal se met à s’agiter, tourner dans l’habitation, aboyer, attraper des objets (etc.), c’est qu’il est perturbé. Il faut donc veiller à son apaisement, en lui proposant de rester au calme jusqu’au moment où on pourra à nouveau lui proposer un environnement serein. Et bien entendu, il faudra lui proposer une promenade défouloir dès que possible !

 

Participer aux activités quotidiennes tout en veillant à la sécurité

On pourra permettre au chien de rester aux côtés de ses maîtres quand ils nourrissent, lavent, habillent, ou changent la couche de bébé. Ces autorisations de séjour aux côtés de la famille, lui prouveront (et il en a besoin !) qu’il fait toujours partie du groupe. Néanmoins on ne laissera jamais, et sous aucun prétexte, l’enfant et le chien tous seuls.

 

 

L’enfant grandit

Avec l’enfant et le chien de la famille, les risques de morsures sont souvent dus aux comportements du petit d’Homme, qui dérange le chien, l’embête ou reproduit les attitudes des adultes qu’il a observés. Lorsque le chien est présent depuis l’arrivée du bébé, il l’a vu grandir, l’a intégré dans son schéma familial, et n’a pas de raison de le mordre. Sauf si les parents s’amusent à entretenir la compétition, qu’ils ne gèrent pas correctement les choses ou qu’ils montrent le mauvais exemple. En surveillant l’enfant et en évitant que les situations potentiellement dangereuses se produisent, la relation peut être tout à fait sereine et satisfaisante.

 

 

Le chien et les enfants extérieurs à la famille

Il y a un certain nombre d’éléments qui peuvent alerter les propriétaires et les rendre vigilants vis-à-vis des attitudes de leurs chiens envers les enfants de l’extérieur :

 

-          si le chien n’a pas été habitué à les côtoyer, il est possible qu’il ressente une appréhension parce qu’il n’a pas été préparé à eux et qu’il ne sait pas comment ils agissent ;

-          si l’animal a déjà donné des signes de stress ou de menace, il est essentiel de tenir compte de ces informations, et tenter de résoudre les difficultés progressivement, en étant accompagné par un professionnel ;

-          le tempérament du chien : un caractère affirmé, possessif, belliqueux ou bagarreur doit mettre la puce à l’oreille (si je peux me permettre) de ses maîtres : il faut rester prudent, une situation peut dégénérer en un instant.

-          Si le chien est un chasseur aguerri ou qu’il a un instinct de poursuite très fort, il faut prendre toutes les mesures adéquates. Les enfants courent et crient, donc il faut garder l’animal en laisse ou l’isoler, si l’on ne peut assurer la sécurité de l’enfant et empêcher le chien de courir en aboyant après l’un d’entre eux.

-          le nature de l’attachement tissé : un animal assuré de l’exclusivité de ses maîtres, et qui voit un jour arriver un enfant, peut considérer cette « intrusion » d’un mauvais œil ;

-          les conditions météorologiques : la chaleur peut irriter et fatiguer un chien, mettre ses nerfs à mal et le rendre très réactif, tout comme un orage, ou un grand froid ;

-          Les éléments « parasites » : si l’on parle de visiteurs, de repas entre amis, on pense à… nourriture ! Si le chien est gourmand et susceptible autour de l’alimentation, il risque d’être sur la défensive et prêt à intervenir rapidement s’il veut s’approprier quelque chose. Un enfant qui fait accidentellement tomber un morceau de nourriture et veut se pencher pour le ramasser peut déclencher une précipitation de l’animal pour atteindre l’aliment avant lui ;

-          les attitudes provenant de la maladresse des adultes : si ses maîtres forcent le chien à se faire caresser ou manipuler par un enfant, s’ils tolèrent des attitudes intrusives des enfants, tout est réuni pour créer une situation conflictuelle et aller jusqu’à la morsure.

 

On comprend donc qu’à partir d’un tout petit détail, une situation peut dégénérer en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.

 

 

Si vous avez un doute ou si vous voulez simplement être rassuré sur les capacités de votre chien à accueillir un enfant dans votre foyer, le mieux est de faire appel à un professionnel, qui examinera avec vous la situation en détails.

 

 

 

Laurence BruderSergent

www.vox-animae.com

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurence Bruder Sergent (Vox Animae)
commenter cet article

commentaires