Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 août 2016 6 13 /08 /août /2016 08:50

L’art d’éviter les conflits n’est parfois pas perçu comme tel par les observateurs non avertis.

.

Marie Jo regrette que son Lasco soit si peureux et qu’il s’enfuie dès qu’un autre chien s’approche trop près de son museau. C’est la seule critique qu’elle émet envers son compagnon à quatre pattes qu’elle trouve par ailleurs très sympathique, coopérant et facile à vivre.

Concernant les circonstances précises durant lesquelles elle constate que Lasco s’échappe, Marie Jo explique que c’est lors des sorties, lorsqu’elle croise d’autres promeneurs avec leurs animaux, et que ceux-ci commencent à se saluer. Ils se positionnent tête bêche, se sentent mutuellement le postérieur, et parfois les salutations continuent par un flairage mutuel autour de la truffe. C’est à partir de ce moment-là que son Lasco choisit souvent de s’éloigner sans se précipiter, ni aboyer ou gronder. Il fait quelques pas de côté et s’en va, paraissant se désintéresser de son fugace partenaire.

.

Question d’interprétation

.

Alors que sa maîtresse voudrait que son meilleur ami s’ébatte joyeusement avec ses congénères, elle considère que c’est parce qu’il est craintif que Lasco réagit comme il le fait.

En réalité il est nécessaire de ne pas oublier que nos chiens sont des champions en termes de communication. S’ils ont eu l’opportunité d’apprendre les modalités d’échanges canins durant leurs premières semaines de vie, ils seront particulièrement efficaces en termes de négociations et d’expressions de leurs émotions.

Ici il semble que Lasco n’a tout simplement pas le désir de se lancer dans une interaction avec certains de ses interlocuteurs et qu’il l’exprime admirablement, diplomatiquement, sans aucune agressivité.

.

Particulièrement doué en termes de communication

.

Lasco est à admirer pour son attitude optimale. Il n’est pas juste de considérer qu’il est peureux : il est simplement en train de dire « non, merci » aux propositions qui lui sont faites et son message est bien perçu par l’individu qui lui fait face car… du point de vue canin c’est son droit de choisir et qu’il l’exprime avec la plus grande politesse.

Gardons à l’esprit que Lasco a des rencontres fréquentes avec certains sujets et qu’il batifole sans problème avec eux. Il préfère simplement décider avec qui il cavale dans la nature.

Après tout, il nous est aussi difficilement supportable que l’on nous impose des contacts avec d’autres personnes que nous n’apprécions pas de voir, alors il ne serait pas juste de le faire à nos chiens.

Bravo à Lasco, champion de civilité et pour vous qui observez vos proches chiens, accordez-leur le droit de ne pas avoir envie d’interagir, tout simplement.

.

Laurence Bruder Sergent

.

www.vox-animae.com

Formation d'éducateurs comportementalistes chiens et chats

éloge de la fuite (quand votre chien est diplomate !)
Partager cet article
Repost0
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 09:08

Parce que la saison n’est pas faite que de joies pour votre chien, nous nous intéressons aujourd’hui aux dangers que l’été peut véhiculer pour lui.

.

Votre rythme estival a certainement impacté son quotidien : les promenades sont raccourcies ou allongées selon le temps dont vous disposez, parfois déplacées pour fuir les températures caniculaires, les parties de jeux intègrent l’élément liquide, les barbecues entre amis se multiplient. Lors de vos sorties, il fait des rencontres et découvre des originalités dans l’environnement spécifique de votre nouvel agenda.
Tous ces changements de bon augure pourraient faire penser que votre chien adorera l’été à vos côtés.
Cela n’est pas totalement exact, des inconvénients réels sont aussi à anticiper.

.

Les risques majeurs pour lui

Malgré toutes les campagnes de communication dans les médias, pourtant réitérées chaque année, il se trouve encore des personnes pour abandonner leurs animaux aux moments des départs en vacances. Les moyens existent pourtant afin de les faire garder et l’argument des finances ne tient pas longtemps : si l’on est capable de dépenser pour ses propres congés, il est possible de budgétiser pour lui aussi.
Pas de tolérance pour la mauvaise foi, car « nous sommes responsables de ce que nous avons apprivoisé ».

.

Victimes de la chaleur

Là encore les informations sont dispensées partout, sur les réseaux sociaux, dans les salles d’attentes des vétérinaires et même aux vitrines de certains commerces, mais il y a encore des animaux victimes de la canicule : laissés pour quelques instants dans un véhicule qui se transforme en four, ils perdent la vie dans des conditions de souffrances innommables.
Tout aussi risqué pour eux, le fameux coup de chaleur qui peut mettre leurs existences en péril, même dans le jardin ! La déshydratation par manque d’eau et de rafraichissement ou la noyade sont encore trop fréquents.
Moins grave mais douloureux tout de même, les brûlures des coussinets et la lumière aveuglante du soleil qui se projettent sur leurs rétines. Nous portons des couvre-chefs et des lunettes de soleil, pas eux !

.

Liés à la saison et aux régions

Selon la région dans laquelle vous résidez, les tiques, chenilles processionnaires, aoutats, vipères, guêpes, méduses et autres animaux locaux peuvent faire d’eux des victimes de leurs piqûres. Certaines plantes s’avèrent toxiques à plus ou moins grande échelle, de même que leurs antiparasitaires et engrais : attention aux intoxications liées à l’ingestion de produits inadaptés à leurs estomacs. Les herbes sèches et épillets peuvent irriter la peau ou pénétrer dans les organismes. Le sable, le sel de mer peuvent irriter, de même que le vent : mieux vaut éviter de les laisser sortir la tête par la fenêtre de la voiture lorsque vous roulez. D’ailleurs, nous avons le devoir d’attacher nos animaux en déplacement : ils sont aussi victimes des accidents de la route.

Vous l’aurez compris, une vigilance accrue et l’adresse d’un vétérinaire à proximité s’imposent. Le respect de toutes ces précautions amènera certainement un été ressourçant !

.

Laurence Bruder Sergent

 

Les dangers de l’été
Partager cet article
Repost0
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 11:02
Contamination émotionnelle (suite aux attentats de Nice)

Contamination émotionnelle

.

Marguerite se demande si son chien d’habitude de composition très joyeuse peut ressentir sa tristesse après les événements de la semaine passée.

Comme beaucoup d’entre nous, Marguerite est en état de sidération depuis plusieurs jours, et à la faveur d’une observation en promenade elle s’est rendue compte que son Gribouille n’était pas non plus au meilleur de sa forme. Peut-être a-t-elle projeté son propre chagrin sur son meilleur ami, imaginé qu’il la comprenait, cru qu’il savait ce qui était en train de se produire.

.

Contamination émotionnelle

.

Nous l’avons souvent écrit dans ces pages, il est avéré depuis des années que nos amis les animaux vivent des émotions, les mêmes que les nôtres. Ils ressentent la tristesse, la joie, la peur, la colère, la surprise et le dégoût et captent finement nos ressentis. Si Marguerite s’est sentie malheureuse, en état d’incapacité de vivre sa vie quotidienne comme elle le fait depuis longtemps, il est tout à fait probable que son Gribouille l’ait perçu aussi. Se rendant compte de sa peine, de ses mouvements ralentis, de ses comportements inhabituels, de ses larmes et de son abattement, il a adapté ses attitudes à celles de sa maîtresse.

.

Une forme de perception des attentats

.

Il serait excessif et teinté d’anthropomorphisme d’imaginer que les chiens vivent l’horreur présente avec le même regard que nous. Il n’y a pas de raison que les guerres des humains concernent les chiens de la même façon d’autant qu’aucun d’entre eux ne s’abaisserait à de telles attaques sur sa propre espèce.

Il n’est cependant pas du tout imaginaire de se rendre compte qu’ils peuvent être contaminés par nos manières de nous comporter et de ressentir notre environnement à certains instants.
Cela s’appelle la contagion émotive.
Comme son nom l’indique, le concept décrit comment les émotions des uns impactent les émotions des autres, et dans les relations affectives et les liens d’attachements si particuliers que nous créons avec nos animaux de compagnie, la propagation de nos affects se met parfois en place sans même que nous nous en rendions compte.

.

Si vous voyez qu’il est perturbé

.

Chacun a son avis sur la façon de réagir face aux agressions que nous subissons, et il est même conseillé par les experts dans les médias de continuer à vivre. Sortir, rencontrer du monde, se rendre à des manifestations, ne pas avoir peur de l’Autre, ne pas changer ses usages.
Pour votre chien, cette recommandation pourra être appliquée selon sa réalité canine : éviter de bouleverser toutes ses habitudes car cela ne ferait que le perturber davantage.
Comme il serait vain de lui expliquer avec des mots ce qui nous arrive, le mieux pour lui est encore de garder intacts ses rituels. Les promenades, les jeux, la nourriture, les caresses, les rencontres avec les autres chiens, bref tout ce qui fait partie de sa routine quotidienne pourra être maintenu. Cette constante l’aidera à passer le cap qui nous atteint et qu’il percevra toujours tant que nous le vivrons, tout en limitant les répercussions négatives pour lui.
Comme pour nous, le temps fera ensuite son œuvre.

.

Laurence Bruder Sergent

Partager cet article
Repost0
28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 08:57
Certificat de Capacité / Attestation de Connaissance

Pour toute personne qui exerce des activités avec les animaux, ce certificat est obligatoire.

Vox Animae est habilité à dispenser la formation et faire passer l'examen !

http://www.vox-animae.com/certificat-de-capacite

Partager cet article
Repost0
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 08:55
Initiation à l'éthologie équine

Hélène Roche chez Vox Animae !

Partager cet article
Repost0
24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 08:53

Parce qu'il est indispensable d'être à la hauteur de la confiance accordée, formez-vous sérieusement pour devenir promeneur de chiens avec Vox Animae

http://www.vox-animae.com/promeneur-de-chiens

Formation de promeneur de chiens
Partager cet article
Repost0
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 09:01

Dans notre dernier article, nous évoquions l’élevage de chiens de race comme lieu possible d’acquisition. Passons à présent les autres possibilités en revue.

Nous l’avons déjà écrit à plusieurs reprises dans ces pages, les salons de ventes en masse de chiots ne sont vraiment pas à considérer. Outre les conditions de naissance et de croissance impossibles à tracer, imaginez les états psychologiques des animaux séparés de leurs environnements et maintenus de longues heures dans des cages ou des voitures durant le trajet depuis l’élevage. Ils sont plus à plaindre qu’à envier.

Privés de stimulations s’ils sont enfermés ou à contrario envahis d’odeurs, de sons et de visions intenses lors des ouvertures au public, leurs émotions s’en ressentent et impactent invariablement leurs adaptabilités futures.
Les animaux vendus dans des animaleries sont soumis aux mêmes contre-indications : le bien-être et le respect de leurs besoins éthologiques ne font pas partie des considérations économiques à tout prix, des revendeurs.
Il est donc conseillé de passer son chemin pour s’éviter les invariables problèmes plus tard.

Les refuges et les associations

Contrairement aux idées reçues, les associations de protection des animaux accueillent aussi parfois des portées de chiots en recherche de nouveaux foyers. Les conditions peuvent être bonnes si les petits restent ensemble et avec leur mère, et s’ils ont la possibilité de rencontrer des humains fréquemment. Socialisés et stimulés correctement, ils ont tout à fait le potentiel pour être de parfaits chiens de compagnie plus tard.
N’hésitez pas à vous renseigner dans les refuges de votre région, votre nouveau meilleur ami vous y attend peut-être et il peut vous combler pour les prochaines années.

Les particuliers

Dans la mesure où vous n’avez pas d’attente particulière quant à la relation que vous voulez nouer avec votre compagnon à quatre pattes à part un ami équilibré et fiable, un chiot né dans un environnement familial pourrait vous correspondre. Si vous cherchez une compagnie à l’intérieur de votre habitation et que les petits vivent dans le logement, l’un d’entre eux sera certainement heureux chez vous puisqu’il connaitra bien ce contexte. Par ailleurs il est conseillé de chercher un endroit qui soit proche de votre propre milieu de vie extérieur en termes de stimuli sensoriels. Si vous résidez en ville, il serait bon que les agitations citadines ne soient pas une nouveauté inquiétante pour l’individu qui a grandi dans une ferme vosgienne. A l’inverse dans le cas où vous habitez en campagne, le lieu d’acquisition devrait être similaire pour permettre au nouveau venu de s’habituer sans trop de stress chez vous. Pensez à poser de nombreuses questions pour vous assurer que vous pourrez proposer à l’animal une belle vie à vos côtés, et inversement !

Vos attentes et vos obligations

Si vous vous destinez aux expositions canines ou à certaines activités sportives nécessitant d’avoir un individu précis, vos choix seront à faire en conséquence. Un animal de race pure avec des papiers qui l’identifient auprès des instances règlementaires est souvent exigé dans les concours, vous devrez donc vous concentrer sur des naisseurs qui proposent ce type de chiots.

Pour terminer ne perdez surtout pas de vue que votre chien deviendra ce que vous en ferez. Votre investissement pour son éducation, sa santé et son bien-être ne sont ni mesurables, ni quantifiables, ni insignifiants !

Laurence Bruder Sergent

www.vox-animae.com

Partager cet article
Repost0
22 juin 2016 3 22 /06 /juin /2016 08:51
Formation d'Intervenant en Médiation Animale

Envie de changer de vie ?
D'exercer un métier passion ?

Découvrez notre prochaine formation, en septembre en Alsace

http://www.vox-animae.com/intervenant-mediation-animale

Partager cet article
Repost0
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 08:48
Chiot : choix du lieu et conséquences associées

Les possibilités sont variées lorsque l’on veut vivre la magnifique expérience de partager quelques années avec un compagnon canin.

Le lieu de naissance de votre futur chiot détermine un certain nombre de ses comportements à l’âge adulte. Il est donc nécessaire de se poser les bonnes questions avant de prendre une décision qui ne sera pas sans conséquence sur les court, moyen et long termes.

L’élevage spécialisé

Si vous cherchez un animal de pure race, la solution idéale reste l’élevage spécialisé. Vous y trouverez un individu conforme à un standard morphologique connu, son aspect visuel sera quasiment assuré, il n’y aura pas de surprise à ce niveau, ou très peu.

Pour les adeptes des concours de beauté, de sports canins où excellent plusieurs types de chiens, pour les loisirs ou la compagnie, c’est l’option à privilégier.

Un mental d’acier ou d’éponge ?

Concernant le profil comportemental de chaque individu, c’est une affaire bien plus complexe et plus aléatoire.

Les conditions de stimulations sensorielles seront alternativement insuffisantes, adéquates ou excessives par rapport à votre milieu de vie.

Dans le premier cas, si l’éleveur n’a pas pris la précaution de faire vivre des expériences diverses aux chiens en devenir, celui qui partagera votre quotidien pourra avoir des peurs, plus ou moins nombreuses, qui impacteront son adaptation chez vous.

Si tout a été fait pour préparer les petits à la vie quotidienne banale d’une famille ou à vos attentes en termes de résultats en concours, tout ira bien.

En dernier lieu et partant du principe qu’il n’est jamais bon d’aller dans les extrêmes, un environnement de naissance et de croissance trop agité pourra aussi avoir des inconvénients : pour qu’il soit à l’aise chez vous, il lui faudra le même niveau de stimuli que ce qu’il connait.

Pour limiter les risques

Afin de se préparer au mieux pour l’accueil de votre chiot de pure race, il est conseillé de visiter l’élevage et d’échanger longuement avec les naisseurs. Faites en sorte qu’ils vous donnent un maximum d’informations vous permettant d’anticiper les éventuels risques, voire de changer d’idée.

Le rôle de l’adoptant

Ne négligez surtout pas votre propre part de responsabilité, car elle est presque aussi importante que ses conditions de développement précoce. Même s’il vient d’un environnement à priori approprié, si vous ne continuez pas à transmettre à votre chiot tout ce dont il a besoin pour devenir un bon compagnon adaptable à nombre de situations, tout le travail de l’éleveur aura été vain.

.

Laurence Bruder Sergent

www.vox-animae.com

Dans notre prochain article, nous évoquerons les autres lieux d’acquisition d’un chiot, entre les particuliers, les refuges, les associations et les salons de ventes de masse.

Partager cet article
Repost0
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 05:32
Désapprendre les attitudes non désirées

Notre comportementaliste nous présente plusieurs méthodes pour modifier bon nombre de comportements canins devenus indésirables.

.

Les cas de Vodka, Adeck et Balou avaient été évoqués dans notre précédent article (voir DNA du 8 Mai 2016). Leurs habitudes installées dérangent à présent leurs propriétaires, qui voudraient les voir changer.

.

Utiliser l’extinction

.

Pour Vodka qui mendie à table et obtient systématiquement de la nourriture, je suggère d’arrêter tout simplement de lui fournir ce renforcement. Les premiers jours, la chienne aura du mal à admettre cette nouvelle attitude, et risque d’insister, voire d’augmenter son exigence. L’inflexibilité et la persévérance des maîtres feront toute la différence : s’ils maintiennent leur « non réponse », Vodka arrêtera peu à peu de quémander puisqu’elle constatera que ses demandes ne sont plus satisfaites. Son comportement se sera « éteint ».
Si par contre ils cèdent de nouveau, ce petit pas en arrière ralentira la réussite de l’objectif rapide et nécessitera plus de temps pour obtenir ce qu’ils voulaient.

.

Les contre-propositions

.

Pour Adeck qui attaque l’aspirateur en fonctionnement, la diversion sera tentée. Après avoir sorti l’appareil de sa boite mais avant de le mettre en marche, un jouet qui passionne Adeck lui sera proposé.
Idéalement il convient de privilégier un objet qu’il ne connait pas encore et qu’il ne recevra qu’à cette occasion, qui lui demande du temps et l’intéresse beaucoup. Une grande variété de jeux stimulent l’intelligence et la gourmandise des chiens, que l’on peut fabriquer soi-même ou acheter prêts à l’emploi sur l’Internet.
Occupé par sa nouvelle distraction plutôt que par le moteur qui tourne, Adeck arrêtera parce qu’il aura trouvé mieux à faire.
On veillera aussi à ne plus exciter le chien dans ces moments, sinon il risque de recommencer lui aussi à s’agiter.

.

L’habituation

.

Pour Balou qui aboie comme un fou lorsque l’on toque à une porte d’une chambre ou sur la table du salon, il s’agira de faire raisonner des sons semblables, plusieurs fois dans la journée, jusqu’à ce qu’il ne réagisse plus. On commencera par un son au volume minimal, comme un verre que l’on pose doucement sur un support. Aucune réaction ne sera faite de la part des propriétaires dans ces moments-là : pas de regard vers la porte ou l’animal, pas de sourire, pas de parole, pas un seul changement dans l’environnement.
Plusieurs répétitions seront faites tous les jours, afin que Balou ne fasse plus aucune association avec ce son et qu’il ne manifeste plus rien lorsqu’il entend quelque chose de similaire.
Si l’on veut gagner du temps, on peut féliciter modérément Balou à chaque fois qu’il reste calme, sinon conserver sa propre retenue suffira amplement. S’apercevant qu’il ne se passe rien autour de lui quand ces bruits se produisent, il cessera lui aussi de vocaliser au fur et à mesure des situations qui se reproduisent sans effet.

.

Patience et persévérance

.

Bien qu’elles demandent du temps et du doigté, ces façons de faire sont très efficaces sur le long terme.
Elles sont indolores pour l’animal et respectueuses de ses émotions et de son tempérament.
Il est envisageable de les utiliser avec les chiots, les vieux chiens, les adultes, les croisés et les pur-race.
On verra à toujours adapter son choix de technique à chaque profil puisque les progressions de tous les individus sont uniques.
L’inconvénient majeur, qui est aussi un avantage certain, est que c’est l’Humain qui travaille le plus, en conscientisant ses actions et veillant à gérer ses propres comportements.

.

Laurence Bruder Sergent

www.vox-animae.com

Partager cet article
Repost0