Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 août 2018 7 12 /08 /août /2018 18:00

Si vous êtes observateur, vous vous êtes rendu compte que les animaux aussi ont souffert de la canicule.

Le jeune propriétaire de Braco m’a envoyé un message la semaine dernière. Le jeune garçon me demandait si je savais pourquoi son chien avait changé de comportement. Avec ses mots d’enfants, il m’expliquait qu’il était tout « raplapla » et qu’il ne voulait pas jouer. À la lecture des conditions de vie de Braco et de son petit propriétaire, en Alsace en pleine canicule, le lien été fait rapidement. Braco vivait mal la chaleur, comme nous tous.

Des solutions « fait maison »

Avec des petites astuces peu onéreuses, il est possible de faciliter la vie de nos chiens et de leur permettre d’être moins en souffrance. Chacun y va de son astuce et le bricolage est souvent efficace. Un torchon, une serviette ou un t-shirt mouillés posés sur le chien peuvent le soulager, de même que des pains de glace glissés dans des sacs congélation et glissés sous son panier ou tapis où il aime prendre place. Une piscine coquillage remplie d’eau lui permet de s’y tremper les pattes voire de s’y allonger complètement s’il le désire.

Bien sûr, à l’intérieur de la maison, le climatiseur sera autant utile pour lui que pour vous, comme le ventilateur et le brumisateur électriques. Pensez à les disposer en hauteur afin qu’ils ne reçoivent pas les courants d’air en pleines narines.

Les promenades en dehors des heures les plus chaudes sont à privilégier avec éventuellement un accès à un cours d’eau sécurisé et clair.

Une astuce utilisée par Vincent pour faire plaisir et rafraichir ses chiens : une pastèque très fraiche, c’est-à-dire sortie du réfrigérateur à grignoter. Et pourquoi pas de la glace « faite maison » au bouillon aromatisé et garni de potiron, carotte, morceaux de fromage, friandises en tous genres.

En vente dans les animaleries

Les professionnels de la distribution de produits et accessoires pour animaux ont eu aussi inventé tout un panel d’objets efficaces, même s’il faut sortir la carte bancaire. Mais que ne ferions-nous pas pour soulager nos meilleurs amis ? A eux les tapis, les gilets, capes ou manteaux et colliers rafraichissants ! Un gel à appliquer sur ses coussinets pourra aussi faire son affaire… car, selon le Journal of the American Medical Association, au-delà de 30°C, la température ressentie sur l’asphalte dépasse les 60°C ! Or dès 52°C, la peau est détruite en 60 secondes seulement…

Enfin, il existe un thermomètre nouvelle génération, que vous laissez dans la pièce où séjourne l’animal et qui envoie une alerte sur votre téléphone en cas de dépassement de la température acceptable que vous aurez préalablement programmée.

Attention aux signes d’alerte

Que vous ayez prévu des solutions adaptatives ou pas, il est indispensable de garder un œil sur votre animal et de repérer les premiers signes d’un coup de chaleur. N'attendez pas qu’il fasse un malaise pour vous en préoccuper. En cas d’halètement intense, d‘abattement (comme Braco), de température supérieure à 40,5° C, et très impressionnant, de perte de connaissance, il n’y a pas attendre, contactez immédiatement son vétérinaire.

Irresponsabilités quotidiennes

Chacun d’entre nous a déjà été témoin d’un animal laissé dans la voiture sur un parc de stationnement ou attaché en plein soleil dans son jardin. Prenons le réflexe d’appeler très rapidement les secours, pompiers ou gendarmerie notamment, voir la société protectrice des animaux locale qui vous dira qui contacter au plus vite. Il s’agit d’une urgence parfois vitale, une question de minutes avant que l’animal ne soit en souffrance irrémédiable. Soyons lucides, les propriétaires (du véhicule ou de la maison) ne vous remercieront sans doute pas, mais si la vie d’un animal est en jeu, il est indispensable de lui porter assistance.

Profitez bien de votre été !

 

Laurence Bruder Sergent

 

www.vox-animae.com

Partager cet article
Repost0
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 18:00

Nous nous questionnons aujourd’hui sur les comportements spécifiques à certaines races de chiens.

.

Pascale s’agace parce que son border collie essaie de regrouper ses trois enfants lorsqu’ils sont dans le jardin, pour elle il ne les laisse pas s’amuser tranquillement. Muriel désapprouve le fait que son labrador retriever prend tout dans sa gueule, il répartit de la salive partout. Le berger allemand de Martha aboie à longueur de journée contre tous les passants qu’il aperçoit et ne laisse pas rentrer les étrangers chez elle.

.

Retour aux origines

.

Pour appréhender les raisons des comportements il est utile de revenir aux origines des races de chiens. L’humain a créé 377 races pour satisfaire ses besoins et ses désirs. Il a sélectionné des individus qui portaient certains traits intéressants pour lui et les a fait se reproduire entre eux, créant ainsi des lignées adaptées à ce qu’il recherchait.

Parfois il s’agissait d’attitudes utiles pour la chasse (rapidité dans les déplacements, compétences particulières au flairage, ténacité dans les poursuites du gibier…), la garde de ses biens (une morphologie dissuasive, un charisme inhibant les malvenus potentiels) ou la compagnie (le faciès de petits chiens tenant sur les genoux et leurs tempéraments tolérants aux contacts tactiles).

.

La vie d’aujourd’hui

.

Nos conditions de vie n’ont plus grand-chose à voir avec celles de nos ancêtres, la technologie a remplacé l’animal en soutien des personnes dans la plupart des domaines. Nos chiens se retrouvent désœuvrés et ne peuvent plus du tout réaliser les patrons moteurs pour lesquels ils avaient pourtant été créés et qui font partie de leurs instincts.

.

Les adaptations des chiens selon leurs environnements

.

Ils adoptent alors des comportements adaptatifs en fonction de leurs environnements et de ce que ces derniers leurs offrent comme opportunités.
Le border collie qui ne peut pas rassembler des moutons peut se rediriger vers les enfants mais aussi les roues des cyclistes, les chats du voisinage ou quoi que ce soit qui se déplace sous son regard aiguisé. Le labrador qui n’a pas la possibilité de chasser avec son propriétaire saisira d’autres objets que les proies initiales, les gardera en gueule, les déplacera ou les amènera à celui qui veut bien les prendre (en main ou sur ses pieds). Enfin, le berger allemand réalisera exactement ce pour quoi il a été construit : la garde.

Au grand dam de nos meilleurs amis à quatre pattes ces comportements recherchés hier sont à présent réprimés : ils sont devenus inappropriés à nos envies du moment.

.

Laurence Bruder Sergent

.

Pour devenir éducateur comportementaliste à Strasbourg, Paris, Lyon ou Bordeaux : www.vox-animae.com

Partager cet article
Repost0
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 15:05

 

On dirait qu'il y a assez de nourriture pour tout le monde...

Partager cet article
Repost0
22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 18:44
Une seconde après midi est prévue pour le personnel de la SPA de Strasbourg. Le thème de la formation sera :

Aider les adoptants à poser les bases d’une saine relation avec leur chien

 

Le traumatisme de l’abandon et du séjour en refuge plus ou moins long

Poser les bases d’une relation harmonieuse dès le départ

La question de l’attachement, transfert d’attachement, hyper attachement, détachement

Comment le propriétaire doit réagir si le chien a peur, s’il est agressif, s’il monte sur le canapé, s’il tire en laisse.. vos conseils préventifs peuvent éviter un problème

Quelles sont les bases de psychologie canine à transmettre aux adoptants pour se donner toutes les chances d’une adoption réussie ?




Inscriptions fermées, formation réservée au personnel de la SPA

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 12:13





Des bases solides dès le départ
Partager cet article
Repost0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 19:18




novembre 2007
sur France 3 Alsace
Partager cet article
Repost0
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 15:07

Etre comportementaliste

 

 

 

Le métier de comportementaliste, né il y a une vingtaine d’années, s’est répandu à grande vitesse dans le paysage cynophile. Aujourd’hui, sa place aux côtés des vétérinaires, éducateurs/dresseurs, et éleveurs se fait plus concret.

Je vous propose de faire un état des lieux précis de son domaine de compétences et de son terrain d’actions.

 

Ce spécialiste des relations entre l’Homme et le Chien doit avoir à la fois connaissance de la psychologie humaine et de l’éthologie canine. Cela signifie qu’il ne s’intéresse pas qu’aux chiens mais aussi à leurs maitres et ne se limite pas à l’une ou l’autre espèce. Il s’attache à comprendre comment un mode relationnel particulier peut générer des incompréhensions entre l’un et l’autre. En effet : c’est parfois le propriétaire qui est responsable des problèmes de comportements de son animal, parce qu’il ne comprend pas la manière dont son chien fonctionne. L’inverse est aussi vrai : certains maîtres font tout ce qu’il faut pour que le chien ait sa place dans la famille, mais c’est parfois ce dernier qui ne parvient pas à s’adapter à ce qu’on lui propose.

C’est alors qu’il convient de se faire aider pour que chien et propriétaire trouvent ou retrouvent une relation harmonieuse, et c’est le travail du comportementaliste.

 

Différences avec les autres professionnels

Alors que l’éducateur canin apprend la bonne exécution d’un ordre au chien (marche en laisse, retour au rappel, positions d’attente, etc.) et que le vétérinaire s’occupe de sa santé physique, le comportementaliste considère la famille homme-chien dans son ensemble.

Il n’y a pas un chien isolé, il y a tout un groupe ! Même dans le cas d’une personne qui vit seule avec un animal, il s’agit déjà de plusieurs individus qui cohabitent . C’est ce que l’on appelle la systémie : le comportementaliste tient compte de tous les éléments du groupe, puisque les comportements de chacun ont des répercussions sur ceux des autres.

 

Comment travaille un comportementaliste

Il pourra venir à votre domicile ou vous recevoir à son bureau, les méthodes ne sont pas figées. Durant au moins 1h30, vous échangerez dans le calme et le respect.

Pour mieux apprécier votre situation, le comportementaliste vous demandera de lui expliquer ce qui vous préoccupe chez votre chien, avec les précisions nécessaires sur les événements liés de près ou de loin au problème. Il a besoin de recueillir l’histoire de votre chien, son rythme de vie à vos côtés et ses traits de caractère.

 

Une fois son idée faite sur votre problématique, il vous expliquera ce qui, d’après lui, génère la situation rencontrée, et vous définirez ensemble une stratégie d’amélioration.

Il est indispensable que le maître ait conscience que les comportements du chien n’évolueront que si lui-même change sa manière de se comporter. Nos chiens nous observent en permanence, ils s’adaptent à nos attitudes, c’est donc à nous, en premier lieu, de veiller à nos conduites si l’on veut qu’ils fassent évoluer les leurs.

 

Une nouvelle manière de gérer le ou les chien(s) sera expliquée et ce sont les maîtres qui mettront en œuvre le changement.

On ne se repose ni sur le dressage, ni sur les médicaments, sauf dans certaines circonstances (mais c’est le vétérinaire qui en décide en accord avec ses clients, et en aucun cas le comportementaliste).

 

Précision d’importance : Il ne vous sera jamais imposé quoi que ce soit, la base de notre travail est de dialoguer et de trouver ensemble une méthode qui satisfasse tout le monde.

 

ATTENTION : les conseils sont donnés en fonction du contexte de vie de toutes les personnes et du chien qui vivent ensemble. Il ne s’agit pas d’une grille ou d’un protocole qui se déroule toujours de la même manière ! Si vous discutez avec votre belle sœur qui a vu le même comportementaliste que vous, elle aura peut-être reçu d’autres avis. Cela ne doit pas vous inquiéter, c’est juste la preuve que le comportementaliste tient compte des individualités et adapte ses conseils.

 

Le comportementaliste saura vous indiquer s’il est nécessaire d’envisager un second entretien. Certaines problématiques sont en effet rapidement résolues, d’autres prennent plus de temps ; cela dépend des motivations et des capacités d’ajustement des uns et des autres. Le rendez-vous suivant consistera à faire le point sur ce qui a fonctionné et ce qui doit être corrigé. Chaque situation est différente et ce qui est opérant pour l’une, ne fonctionne pas forcément pour une autre. Il faudra alors tenir compte des réactions de la famille et du chien.

 

Généralement deux entretiens suffisent lorsqu’il s’agit d’un problème relationnel mais certaines personnes souhaitent être accompagnées plus longtemps. Le comportementaliste interviendra tant que l’on aura besoin de lui.

 

 

 

Ce qu’un comportementaliste n’est pas

 

Comme dans toutes les professions, il y a des méthodes qui varient dans la manière d’aborder le client, le chien, et même dans la tarification des prestations.

Sachez néanmoins qu’il existe un code de déontologie des comportementalistes et que, pour ce professionnel de la relation d’aide, certaines pratiques sont inacceptables :

 

·                    Le comportementaliste ne décide pas à votre place de ce qui est bon pour vous

·                    Le comportementaliste ne juge pas ses clients, il s’abstient de faire part de son opinion quand celle-ci ne fait pas avancer la problématique

·                    Il accompagne les clients qui ont sollicité son aide, il n’est ni juge ni moralisateur

·                    Il s’interdit d’imposer à ses clients ce qui ne correspond pas à leur demande

 

 

Certaines personnes vivent mal le fait de ne pas avoir de contrôle sur leurs chiens, il est donc nécessaire qu’une certaine discrétion soit respectée, pour ne pas heurter leur sensibilité. Il est évident qu’arriver chez le client au volant d’une voiture bariolée de signes distinctifs peut aller à l’opposé de ce critère. On peut comprendre que le client soit inquiet de la réaction de ses voisins ! La sérénité et la confidentialité avec le comportementaliste qui devraient régner durant leur conversation seront donc difficiles, voire impossibles à installer. L’entretien est généralement propices aux confessions et il est indispensable de savoir que ce qui est dit et entendu ne sera pas raconté à d’autres personnes.

 

Le comportementaliste veillera donc à instaurer un climat de confiance, il respectera les émotions de ses clients et de leur animal, mais le propriétaire aussi à un rôle à jouer : il doit s’investir pour le changement et accepter de se remettre en question.

Si chacun montre sa motivation à faire évoluer la situation, il y a peu de problèmes insolubles.

 

 

Laurence Bruder Sergent

Comportementaliste, auteur des livres « la cause des chiens", "mon chien c'est quelqu'un de bien" et "j'éduque mon chien moi-même"

www.comportement-canin.com

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 18:02


Bravo Lisa, quel talent ! Allez voir le blog de Vaudoo...http://vaudoo.blogspot.com/
Partager cet article
Repost0
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 22:22

 « Comprendre nos chiens,

anticiper les problèmes de comportement

savoir comment y remédier »

 

 

Cours dispensés par Laurence Bruder Sergent,

Comportementaliste

Auteur des livres

« la cause des chiens » et « mon chien, c’est quelqu’un de bien »

Co auteur de « j’éduque mon chien moi-même »

Formatrice de comportementalistes

 

 

Samedi matin 14 mars 2009 de 9h à 12h :

 

D’Hier à Aujourd’hui : bases de compréhension de psychologie canine

 

- L’origine de nos chiens

- Le mode d’organisation sociale des canidés entre eux

- Fonctionnement du chien qui vit en cohabitation avec les humains

- Les contraintes qu’il subit à notre contact

 

 

Samedi matin 28 mars 2009 de 9h à 12h

 

L’histoire personnelle de chaque chien façonne sa personnalité et oriente ses comportements

 

- Le développement des chiots durant les 12 premières semaines de leur vie

- Les troubles du comportement qui découlent des mauvaises conditions de naissance et de développement

- L’adoption du chiot : propreté, mordillements, socialisation, attachement/détachement, apprentissage de la solitude – conseils pour les propriétaires

 

 

Samedi matin 11 avril 2009 de 9h à 12h

 

Prévenir les problèmes en sachant interpréter la communication canine

 

- Communication intraspécifique et interspécifique : comment les chiens communiquent entre eux et avec l’Homme

- Le stress et l’apaisement – Conséquences

- Pourquoi les chiens peuvent être agressifs – à quoi sert l’agressivité

- Exemples de cas concrets rencontrés par la comportementaliste dans son exercice

 

 

TOUT PUBLIC

 

ATTENTION - NOMBRE DE PLACES LIMITE - RESERVATION INDISPENSABLE

 

Tarif par personne : 70 euros le cours de 3 heures – 190 euros les trois cours

 

Cours dispensés par Laurence Bruder Sergent à MOLSHEIM (67)

 

Les samedis matins

 14 mars 2009

28 mars 2009

11 avril 2009

 

RENSEIGNEMENTS : info@comportement-canin.com

 

La formatrice étant enregistrée à la Préfecture de Strasbourg, les formations peuvent être prises en charge par les organismes financeurs

 

Formation de comportementalistes - Spécialisation - Professionnalisation et perfectionnement - Stages d'initiation et de découverte


Formation enregistrée sous le N° 42 67 0397067

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 11:31

Malgré quelques ratés imprévisibles par les organisateurs (le nombre de personnes qui s'est présenté était tel qu'il n'y avait pas assez de places pour tout le monde), la conférence de Laetitia Becker hier soir au Collège Doctoral de Strasbourg a rencontré un beau succès.

 

Le progrès est ambitieux et je ne peux qu'encourager les amateurs de canidés de soutenir toute l'équipe, en faisant un don pour permettre que les conditions de vie des loups et de travail des scientifiques soient optimum.

 

Le site : www.lupislaetus.org (loup joyeux !)

 

Pour moi qui étudie les relations de "canis familiaris" avec l'Homme, j'attends beaucoup de cette étude. Le film qui a été montré prouve à ceux qui en doutent que nos chiens sont des loups évolués et j'adhère de plus en plus à l'idée de Roger Abrantes qui énonce que 80 % des comportements sociaux du chien sont les même que ceux des loups.

 

Si vous n'en êtes pas convaincus, je vous invite à vous procurer le film de Vladimir Bologov dès qu'il sera disponible. Ce que je ne manquerai pas de faire.

Partager cet article
Repost0