Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 11:16

Fixer les règles sans brutalité


Le chien étant un animal social habitué à vivre aux côtés des humains, il a besoin de quelques repères pour trouver sa place et s’y sentir à l’aise, tout en étant respecté.


Dans nos articles précédents, nous évoquions les conduites agressives, qui peuvent survenir dans les cas d’incompréhensions mutuelles. L’animal se sentant menacé, stressé par son environnement ou incompris, est capable de produire des attitudes que nous jugeons indésirables, alors qu’elles découlent essentiellement d’un déséquilibre dans la relation que nous lui proposons.

 

En posant quelques repères dans son quotidien, il est pourtant possible de les prévenir.

 

 

Gérer les points essentiels pour lui


Trois domaines doivent être gérés par le propriétaire, pour ne pas imposer (ou permettre) au chien de s’occuper lui-même de ces responsabilités. En effet, il est essentiel pour lui de connaitre le cadre et les limites, qui l’aideront à se développer et vivre sereinement au quotidien. Faute de meneur du groupe, il devrait sinon prendre en charge, dans la mesure de ses possibilités physiques et émotionnelles, la gestion des ressources.

 

 

ð  la nourriture : il est conseillé de réguler le comportement alimentaire de votre chien de manière plus ou moins scrupuleuse, selon son niveau individuel de réactivité. Avec un animal qui y est très sensible, il est judicieux de respecter quelques points qui l’apaiseront et vous éviteront des conflits inutiles.

 

¨    Veillez à lui donner la ration qui correspond à son poids et son état de santé, ses besoins énergétiques et son âge. Un repas matin et soir est généralement le mode d’apport privilégié par la plupart des propriétaires de chiens adultes.

 

¨    Il doit manger dans le calme et sans être inquiété : les enfants seront prévenus de ne jamais le déranger lorsqu’il se nourrit. Bien entendu, cette règle s’applique aussi aux adultes.

 

¨    Il peut tout-à-fait être dans la même pièce que vous lorsque vous êtes à table, paisiblement allongé dans son panier. Par contre, s’il est de nature à quémander, insister, vous perturber, mieux vaut l’isoler dans une autre pièce le temps de votre repas. Vous le protégez ainsi de ces stimulations olfactives qui peuvent lui parvenir mais auxquelles il n’a théoriquement pas accès, puisque votre nourriture n’est pas la sienne.

 

¨    Les éventuels restes lui seront donnés plus tard, une fois que vous aurez terminé de manger. Veillez à ce que personne ne lui donne de nourriture à table, sauf si cela ne vous dérange pas qu’il quémande à tous les repas, même quand vous avez des invités.

 

 

  chien_creativite.jpg

 

ð  la gestion des espaces, des lieux de repos, des mouvements et des déplacements :

 

¨    Ne le laisser pas vous suivre partout dans la maison. C’est pour lui une manière de contrôler où vous vous rendez. D’autre part, plus il sera collé à vous, plus les moments de solitude seront difficiles à vivre pour lui.

 

¨    Mieux vaut éviter de placer le panier dans un couloir ou un lieu de passage, ce qui lui permettrait de surveiller les allées et venues de la maisonnée, et donc, de gérer les déplacements de tout le monde.

 

¨    Sauf si c’est un chien de garde, il n’a pas à circuler à volonté chez vous la nuit, dans toute votre habitation. Un endroit précis et bien délimité pour la nuit est idéal, là où il se sent en sécurité et paisible.

 

¨    La place d’un chien n’est pas prévue pour être dans le lit de ses propriétaires. Un panier confortable et agréable pour lui peut tout-à-fait se trouver dans votre chambre si c’est important pour vous, mais il est conseillé d’éviter d’échanger les lieux de repos des humains et du chien.

 

¨    Dans des cas bien précis d’un animal qui suivrait sans cesse ses propriétaires ou aurait des troubles du comportement (destructions, malpropretés...), on pourra empêcher l’accès à certaines pièces de la maison, en fermant les portes, ou barrant l’entrée du lieu avec une barrière pour enfant.

 

 

chien_conjoint.jpg

 

ð  les contacts affectifs et autres interactions sociales :

 

¨    Faites toutes les caresses que vous voulez à votre chien, quand VOUS le décidez. Surtout si votre chien a une tendance exigeante, qu’il veut qu’on s’occupe de lui tout le temps, ou s’il est de nature agitée. Si l’on répond à chacune de ses demandes, on lui donne l’information qu’il peut obtenir ce qu’il veut de nous, quand il le veut.

 

¨    S’il vous sollicite sans cesse, mon conseil sera de rester calme et détendu, de ne pas répondre à ses demandes, en vous occupant à autre chose, comme s’il n’était pas là. Attention, vous n’avez pas besoin de le repousser pour autant ! Un geste, un regard, une parole, une mimique… sont des attentions que vous lui portez, et vous alimentez son comportement exigeant ou lui faisant réponse.

 

¨    Attendez qu’il se lasse tout seul et se détourne, patientez quelques secondes, puis appelez-le, faites-le venir à vous pour le flatter calmement. Ainsi, c’est vous qui gardez le contrôle, et tout le monde est satisfait puisque lui reçoit des câlins et vous êtes heureux de les faire dans ce contexte. Vous vous êtes comporté en leader et avez satisfait sa demande de caresses, mais seulement quand cela vous a convenu.

 

 

 

Ces quelques suggestions peuvent vous paraitre strictes, mais il faut garder à l’esprit qu’elles sont d’ordre général à adapter à chaque chien et à chaque situation de cohabitation. En revanche, elles ne requièrent aucune forme de brutalité physique ou psychologique, ce sont là des conseils de bienveillance et de respect des réalités éthologiques des chiens.

 

Pour certains sujets, il sera nécessaire d’ajuster certains points, parce que leurs niveaux individuels de réactivité et de tempérament sont uniques et irremplaçables.

 

 

Laurence Bruder Sergent pour le Chien Magazine

www.vox-animae.com

Illustrations de Patrice Seiler

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurence Bruder Sergent (Vox Animae)
commenter cet article

commentaires