Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 21:44

Mon nouveau conjoint s’installe à la maison, comment gérer le chien

Vous êtes l’heureux propriétaire d’un chien, et vous vous inquiétez car vous allez vous installer avec votre nouveau conjoint. Voici quelques pistes pour vous aider à examiner la situation objectivement.

Pour les personnes célibataires qui vivent seul depuis un certain temps avec lui, le chien est souvent au centre de leur vie personnelle, un peu comme une « prothèse affective », si on reprend les termes de certains psychologues. Le chien est l’objet de toutes les préoccupations de son maître, qui s’organise lorsqu’il le laisse quelques heures ou part en vacances, pour les sorties, le nourrissage, l’achat des accessoires et objets indispensables, etc. Il prend seul les décisions qui concernent son animal et ne compte que sur lui-même pour combler ses besoins éthologiques et biologiques.

L’attachement entre les deux protagonistes est logiquement très fort, leur lien unique et particulier. Le chien est fixé sur son maître, a l’habitude de l’avoir pour lui tout seul, il ne le partage pas quotidiennement avec un autre être vivant, et vice versa.

Les conséquences possibles de l’hyper attachement

Du fait de tout le contexte affectif qui a été créé jusque-là, le chien peut présenter un attachement excessif envers son propriétaire, qui le rend incapable de rester sans lui quelques heures. Des destructions, des vocalises, des malpropretés […] sont le seau classique de cette situation, résultant d’un apprentissage de la solitude non effectué, ou d’une dépendance affective très forte.

Ou alors, le chien développe une hyperactivité car il est sans arrêt sollicité et renforcé dans ses demandes, par le propriétaire qui y répond, d’une manière ou d’une autre (en alimentant joyeusement ou en repoussant – il fait donc réponse à son animal).

Ce qui pose le plus souvent problème c’est quand la situation change. La place du chien est complètement bousculée du jour au lendemain. Tout le monde doit s’adapter et ce n’est pas toujours chose aisée.

  

Les difficultés qui peuvent naître à s’installer avec un nouveau compagnon

L’installation avec une autre personne est un bouleversement de la relation fusionnelle du chien et du maître, qui casse les repères de l’animal, comme celui des humains d’ailleurs. Ils ont parfois chacun une autre manière de s’adresser au chien, de le nourrir, le sortir, voire lui donner des ordres !

 

Le chien habitué à des demandes prononcées de manière douce et calme, peut être perturbé par une voix joyeuse et exubérante ! ou encore, alors que l’un laisse une liberté quasi-totale à son compagnon, l’autre est dans le contrôle permanent et exige une obéissance impeccable. De plus, la disponibilité pour lui n’est plus la même, et le temps qu’on lui consacre souvent réduit.

Quelles perturbations pour lui !

Quelques conseils pour faciliter les choses

Comme nous le disions plus haut, tout le monde va devoir s’adapter aux changements qui s’annoncent. Le nouveau couple va voir progressivement l’organisation quotidienne se dessiner, avec une répartition plus ou moins bien gérée des contraintes et des plaisirs liés à la cohabitation.

Concernant le chien, il y a lieu de l’habituer progressivement aux changements, en commençant par les contacts affectifs avec son maître ou sa maitresse.

Il va falloir procéder au détachement !

Plus la relation était forte et liée entre les deux individus, plus il va falloir s’y atteler. Rappelons que le chien complètement dépendant va devoir faire de très gros efforts pour laisser un peu de place à l’autre, et ce sera des moments difficiles à vivre pour lui. Il faut le savoir et en tenir compte.

Exemples :

·         S’il dormait dans le lit avec son propriétaire, il va falloir l’en éloigner avant même l’installation à deux ! Ainsi, le chien va prendre cette nouvelle habitude, et n’attribuera pas le changement au nouveau venu

 

·         s’il était sans cesse papouillé, pris dans les bras ou caressé, il faut réduire le temps des câlins, pour son bien ! En étant deux, on a moins de temps pour le troisième membre du groupe…

·         le nouveau compagnon ou la nouvelle compagne devra se faire une place dans l’affection du chien, en le promenant, en jouant un peu avec lui, en s’en occupant aux moments des repas, par exemple…

·         attention à ne pas réduire les moments que le chien préfère ! Il va vivre une perturbation assez grande de ses habitudes, alors il faut continuer à lui proposer des sas de décompression. S’il apprécie les longues balades en forêt, il faut les garder. S’il adore rapporter des branches qu’on lui lance, on le lui proposera le plus souvent possible. L’idée est de compenser les moments de contraintes par des moments de joies, à la même mesure que précédemment.

 

Ce qu’il faut retenir de cet article, c’est qu’il faut adapter ses conseils en fonction de la situation et du mode de vie que le propriétaire et le chien avaient établi ensemble. Si la relation était équilibrée, que l’humain était le leader, c’est-à-dire celui qui guide son chien, l’encadre, l’accompagne…, alors son compagnon canin acceptera très bien la ou le compagnon humain. A l’inverse, si la relation était trop fusionnelle ou non adaptée à la réalité canine, quelques difficultés sont à prévoir…

  

Si vous avez tous les deux un chien

Il est une autre complication qui peut survenir, c’est quand le nouveau compagnon a lui-même un chien !

Les règles et habitudes posées à l’un ne sont jamais les mêmes que celles proposées à l’autre. La compétition pour obtenir l’attention de chacune des personnes peut générer des heurts, comme la concurrence pour les ressources alimentaires, les jeux, le canapé, le lit ou l’accès au jardin. Un ajustement entre tous est indispensable !

Deux chiens de même sexe

Il n’est pas toujours simple de faire cohabiter des sujets de même sexe, il est fréquent qu’ils cherchent à s’ajuster l’un avec l’autre. Parfois l’entente ne se fait pas, les deux sujets restent sur leurs positions et ne veulent pas céder un peu de terrain à l’autre. Les bagarres sont alors sévères, et peuvent être graves.

Que faire pour que les relations commencent bien entre les deux chiens ?

Idéalement, la première rencontre serait à faire sur un terrain neutre, c’est-à-dire connu d’aucun des deux chiens. On peut commencer par une promenade tranquille et paisible (sans lancer de jouet ou de balle qui pourrait déclencher des courses pour être le premier à l’attraper), avant de rentrer à la maison. Si toute la balade se passe bien, il y a tout lieu de tenter le retour dans l’habitation et voir comment les choses se passent dans un espace investi de beaucoup d’éléments importants pour l’un des deux au moins.

Si la promenade se passe mal, il vaut mieux faire appel à un comportementaliste pour agir tout de suite et ne pas laisser les choses dégénérer.

Laurence Bruder Sergent pour le Chien Magazine

www.vox-animae.com

Partager cet article

Repost 0
Published by LBS
commenter cet article

commentaires