Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

23 août 2015 7 23 /08 /août /2015 07:56

Sans y penser consciemment, vous mettez les chaussures de marche, prenez votre veste légère… et avant même de saisir son collier et sa laisse, votre chien est déjà devant la porte.

Comment savait-il que c’était le moment de la promenade ?

Nos chiens sont enthousiasmant lorsqu’ils anticipent nos gestes, saisissent nos intentions, trouvent des parades ou des stratégies face à une complication à résoudre.
Certains ont appris tout seuls comment ouvrir une porte, d’autres savent presque d’instinct rapporter la balle. Tel individu a appris que grogner à l’approche d’un congénère le fait systématiquement s’en aller, et un autre préfère détaler dès qu’il entend une moto, ayant expérimenté que c’était la meilleure manière de ne pas vivre de conséquence fâcheuse…

Si vous lisez cette chronique régulièrement, vous savez que le chien possède une intelligence réelle, grâce aux modalités d’apprentissage qu’il est capable de mettre en œuvre.

L’inné et l’acquis

Dès sa naissance, le chiot a des aptitudes transmises par ses ascendants. Le fait d’appartenir à l’espèce canine, à une race et à une lignée (l’éleveur perpétue des critères spécifiques sur plusieurs générations) implique nécessairement des comportements innés, comme le talent pour la chasse ou le rassemblement de moutons, la méfiance vis-à-vis de l’homme et le gardiennage de ses biens …
Puis, tout au long de sa vie, chacun va vivre des expériences qui s’ajoutent au bagage hérité : face à une situation nouvelle, il ressentira éventuellement un désarroi et s’adaptera pour trouver ou retrouver une sérénité (physique ou émotionnelle). Cette recherche de retour à l’équilibre l’incitera peut-être à profiter d’une aubaine qui se présente, accepter sans bouger ou fuir le danger dans le cas d’un moment désagréable.
En conséquence et grâce à la connaissance retirée de ces moments inédits, il acquerra une information sur les techniques efficaces, qu’il réutilisera si un contexte similaire devait se reproduire.

Association, bénéfice et désagrément

Certains épisodes marquent durablement les chiens, comme un énorme bruit provoqué par les sirènes du camion de pompier, ou la douleur occasionnée par la barrière électrique de l’enclos des vaches. L’événement s’ancre dans la mémoire, et pourra à l’avenir inciter à fuir les véhicules rouges, ou ne plus s’approcher des clôtures, même à un autre endroit que celui de la condition initiale.

La plupart du temps, c’est la « balance des bénéfices/désagréments » qui régule le comportement adopté. Les chiens apprennent effectivement par association : si telle action engendre un gain, elle sera répétée. A l’inverse, si un comportement n’apporte rien ou génère quelque chose de désagréable, il ne sera pas reconduit. Le terme « extinction » est habituellement utilisé pour désigner une attitude qui diminue progressivement jusqu’à ne plus se produire du tout.

Le renforcement et la punition

Nos chiens apprennent en permanence. Sans même nous en rendre compte et même si nous félicitons toutes les bonnes conduites, nous encourageons aussi les comportements inappropriés.
Ce processus s’appelle un renforcement.
Par exemple, lorsqu’on le repousse alors qu’il vient se frotter à nous, nous accédons à sa demande puisque nous réagissons, et chez les chiens (comme chez nous ?), un comportement récompensé sera répété.

Pour certains sujets, la motivation est même plus forte que la « punition » (ici la mise à distance), ils préfèrent être modérément sanctionnés plutôt que de ne rien obtenir du tout, ou d’être ignorés.

Bien sûr, on peut apprendre à un chien à obéir en le réprimandant s’il ne fait pas ce qu’on lui demande, mais le plus souvent, c’est désagréable pour tout le monde, et la relation de confiance aura tendance à dégénérer.
Vous le savez, ce n’est pas du tout le mode encouragé par les comportementalistes.
Il est plutôt recommandé d’utiliser la règle du bénéfice pour obtenir de lui le comportement souhaité. Cette méthode moderne d’entraînement s’appelle le renforcement positif : les capacités naturelles d’apprentissage canin sont utilisées avec intelligence, et surtout, respect.

Laurence Bruder Sergent

www.vox-animae.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurence Bruder Sergent (Vox Animae)
commenter cet article

commentaires